Comment savoir prendre des décisions

Comment savoir prendre des décisions

Comment savoir prendre des décisions

by juin 1, 2019
[Total: 1 Average: 5]

Nous prenons des décisions tous les jours. Certaines de vos décisions seront si routinières que vous les prendrez sans trop y penser. Mais les décisions difficiles exigent plus de considération. Les grandes décisions causent beaucoup de stress dans votre vie. Acheter une maison, se marier, divorcer, déménager à l’autre bout du monde, quitter son emploi ou simplement décider quel film voir, tout cela peut épuiser notre volonté. Heureusement, il existe des méthodes qui vous aideront à prendre des décisions.

Les éléments qui compliquent la prise de décisions

  • Incertitude – Plusieurs des faits peuvent être inconnus.
  • Complexité – Il peut y avoir de nombreux facteurs interreliés à prendre en considération.
  • Conséquences à risque élevé – L’impact de la décision peut être important.
  • Solutions de rechange – Il peut y avoir plusieurs solutions de rechange, chacune ayant son propre ensemble d’incertitudes et de conséquences.
  • Problèmes interpersonnels – Vous devez prédire comment les gens réagiront.

Lorsque vous prenez une décision qui implique des questions complexes comme celles-ci, vous devez également faire appel à vos compétences en matière de résolution de problèmes et de prise de décisions. Il est payant d’utiliser un processus efficace et robuste dans ces circonstances, d’améliorer la qualité de vos décisions et d’obtenir constamment de bons résultats.

Une approche systématique pour la prise de décisions

prendre-decisionLes décisions peuvent souvent échouer parce que les meilleures solutions de rechange ne sont pas claires au départ, ou parce que les facteurs clés ne sont pas pris en compte dans le processus. Pour éviter que cela ne se produise, vous devez réunir des stratégies de résolution de problèmes et de prise de décision pour clarifier votre compréhension.

Un processus logique et ordonné peut vous aider à le faire en vous assurant que vous abordez tous les éléments critiques nécessaires à la réussite de votre projet.

Le fait de suivre systématiquement ce processus réduira la probabilité de négliger des facteurs importants. Cette approche en sept étapes en tient compte.

Créer un environnement constructif

Les décisions peuvent devenir complexes lorsqu’elles impliquent ou affectent d’autres personnes, ce qui aide à créer un environnement constructif dans lequel vous pouvez explorer la situation et évaluer vos options. Souvent, lorsque vous êtes responsable de prendre une décision, vous devez compter sur les autres pour la mettre en œuvre, il est donc payant d’obtenir leur soutien. S’il est plus approprié de prendre la décision au sein d’un groupe, effectuez une analyse des parties prenantes pour déterminer qui doit participer au processus. Pour susciter l’engagement des autres, assurez-vous que ces intervenants sont bien représentés au sein de votre groupe de décision.

Pour éviter la pensée de groupe, encourager les gens à contribuer aux discussions, aux débats et à l’analyse sans craindre que les autres participants rejettent leurs idées. Assurez-vous que tout le monde reconnaît que l’objectif est de prendre la meilleure décision possible dans les circonstances – ce n’est pas le moment pour les gens de promouvoir leur propre alternative préférée.

Enquêter en détail sur la situation

Avant de commencer à prendre une décision, vous devez vous assurer de bien comprendre votre situation. Il se peut que votre objectif puisse être abordé isolément, mais il est plus probable qu’il y ait un certain nombre de facteurs interreliés à considérer. Commencez par examiner la décision dans le contexte du problème qu’elle vise à régler. Utilisez la technique des 5 pourquoi pour déterminer si le problème énoncé est le vrai problème ou simplement le symptôme d’un problème plus profond. Vous pouvez également utiliser l’analyse de la cause initiale pour remonter un problème à ses origines.

Une fois que vous avez découvert sa cause profonde, définissez le problème en utilisant Appreciation pour extraire la plus grande quantité d’informations possible de ce que vous savez, et Inductive Reasoning pour tirer des conclusions solides des faits. Vous pouvez également utiliser le processus de définition du problème pour mieux comprendre ce qui se passe.

De plus, songez à utiliser CATWOE pour explorer le problème sous plusieurs angles et pour vous assurer de ne manquer aucune information importante.

L’analyse CATWOE

Elle permet d’identifier les domaines problématiques, ce qu’une entreprise veut réaliser et quelles solutions peuvent influencer les parties prenantes. L’analyse utilise des solutions de pensée à partir de perspectives multiples. L’analyse CATWOE est utilisée pour identifier et résoudre des problèmes commerciaux qui impliquent souvent des intérêts multiples et conflictuels. En tenant compte de toutes les perspectives et de tous les points de vue, il offre un cadre éthique pour l’approche de résolution de problèmes. L’analyse CATWOE s’effectue sur le système ou le processus existant au sein d’une organisation. Les composants ci-dessous sont utilisés pour réfléchir à un problème et/ou à la solution :

C – Clients

Il s’agit généralement des clients d’une organisation. Ils sont les utilisateurs et les parties prenantes d’un système. Ils bénéficieront sans aucun doute d’un changement au sein du système ou du processus ou de la résolution d’un problème. La première étape de l’analyse CATWOE consiste à identifier les clients et à comprendre comment le processus ou le système les influence. De plus, vous devrez découvrir les problèmes qu’ils rencontrent avant d’envisager des solutions.

A – Acteurs

Il s’agit généralement des employés d’une organisation. Ils veillent à ce qu’un processus de transformation ait lieu. Ils sont responsables de l’exécution des travaux et participent à la mise en œuvre des changements apportés au système. En connaissant à l’avance leurs qualités, leurs capacités et leurs intérêts, vous aurez une idée claire de leur impact sur le processus ou le système.

T – Processus de Transformation

La transformation est le changement auquel un système ou un processus conduit. C’est le processus par lequel un intrant (y compris les matières premières et les heures de travail) est transformé par une organisation en extrant (tel qu’un produit final ou une solution à un problème). En plus de savoir à l’avance ce que l’intrant nécessite et quel sera le résultat final (output), vous devez également considérer soigneusement les étapes intermédiaires.

W – World view ou Vision du Monde

Il s’agit d’une vue d’ensemble et considère les différentes parties prenantes et parties intéressées de l’environnement d’une organisation et l’influence qu’elles peuvent avoir. Elle est également considérée comme l’étape la plus cruciale de l’analyse CATWOE. Les parties prenantes ont souvent des approches différentes de la même question, avec d’autres intérêts (conflictuels). L’objectif de l’analyse CATWOE est de rendre explicite leur point de vue différent.

O – Owners ou Propriétaires

Il s’agit généralement du propriétaire, de l’entrepreneur ou de l’investisseur d’une organisation, qui veut apporter des changements et qui décide si un projet doit démarrer ou s’arrêter. En tant que décideurs, ils ont les plus hautes autorités.

E – Contraintes Environnementales

Contrairement à la vision du monde, il s’agit des éléments environnementaux réels qui peuvent influencer l’organisation et qui peuvent limiter ou restreindre le système. Par exemple, les limites éthiques, les règlements, les contraintes financières et les facteurs environnementaux.

Trouver de bonnes solutions de rechange

Plus les options que vous explorerez seront larges, meilleure sera votre décision finale. Générer un certain nombre d’options différentes peut sembler compliquer votre décision au début, mais le fait de trouver des alternatives vous force à creuser plus profondément et à examiner le problème sous différents angles. C’est alors qu’il peut être utile d’employer diverses techniques de pensée créative. Ceux-ci peuvent vous aider à sortir de vos schémas de pensée habituels et à trouver des solutions vraiment novatrices. Notre page Outils de créativité contient un ensemble complet d’outils et de techniques qui peuvent vous aider à générer d’excellentes idées.

Le brain storming est probablement la méthode la plus populaire pour générer des idées, tandis que brain storming inverse fonctionne de la même manière, mais commence par demander comment vous pouvez obtenir le résultat opposé à celui souhaité et ensuite retourner la solution sur elle-même.

N’oubliez pas de tenir compte de la façon dont des personnes de l’extérieur du groupe pourraient influencer votre décision ou en être affectées. Vous pouvez le faire en utilisant des outils comme la Matrice de recadrage, qui utilise les 4P (produit, planification, potentiel et personnes) comme moyen de rassembler différentes perspectives.

Vous pouvez également demander à des personnes de l’extérieur de se joindre à la discussion ou utiliser la technique des positions perceptuelles pour encourager les participants actuels à adopter différentes perspectives fonctionnelles (par exemple, demander à une personne en marketing de parler du point de vue d’un gestionnaire financier).

Lorsque les idées commencent à émerger, essayez d’utiliser les diagrammes d’affinité pour les organiser en thèmes et groupes communs.

Explorez vos options

Lorsque vous êtes convaincu d’avoir une bonne sélection d’alternatives réalistes, il est temps d’évaluer la faisabilité, les risques et les implications de chacune d’entre elles. Presque toutes les décisions comportent un certain degré de risque. Utiliser l’analyse des risques pour examiner objectivement cette question en adoptant une approche structurée d’évaluation des menaces et en évaluant la probabilité que des événements indésirables se produisent – et ce qu’il pourrait en coûter pour les gérer. Ensuite, établissez l’ordre de priorité des risques que vous identifiez à l’aide d’un tableau des répercussions du risque et de la probabilité, afin de pouvoir vous concentrer sur ceux qui sont les plus susceptibles de se produire.

Une autre façon d’évaluer vos options est de considérer les conséquences potentielles de chacune d’elles. La liste de contrôle ORAPAPAPA vous encourage à examiner les décisions sous différents angles, afin de pouvoir identifier les facteurs que vous n’auriez peut-être pas pris en compte autrement. Lorsque vous l’utilisez dans une situation de prise de décision en groupe, vous pouvez encourager les gens à parler de choses dont ils n’auraient pas discuté autrement. Cela vous aide à améliorer la qualité de la décision.

ORAPAPAPA signifie :

  • Opportunités.
  • Risques.
  • Alternatives et améliorations.
  • Expérience passée.
  • Analyse.
  • People – Les gens.
  • Alignement et éthique.

D’autres considérations sont de savoir si vos ressources sont adéquates, si la solution correspond à vos objectifs et si la décision est susceptible de fonctionner à long terme. Utilisez la combustion étoilée pour réfléchir aux questions que vous devriez poser pour évaluer chaque solution de rechange et évaluer leurs avantages et leurs inconvénients à l’aide de l’analyse du champ de force ou de l’approche quantitative des avantages et des inconvénients.

Choisir la meilleure solution

Une fois que vous avez évalué les solutions de rechange, l’étape suivante consiste à prendre votre décision. Si une alternative particulière est nettement meilleure que les autres, votre choix sera évident. Cependant, si vous avez encore plusieurs options concurrentes, il existe de nombreux outils qui vous aideront à choisir entre elles. Si vous devez tenir compte de divers critères, utilisez l’analyse matricielle de décision pour les comparer de façon fiable et rigoureuse. Ou, si vous voulez déterminer leur importance relative, effectuez une analyse de comparaison par paires pour décider lesquels devraient avoir le plus de poids dans votre décision.

Les arbres de décision sont également utiles pour choisir entre différentes options financières. Elles vous aident à définir clairement les options et à intégrer la probabilité de réussite ou d’échec de votre projet dans le processus de prise de décision.

Décisions de groupe

Si votre décision est prise au sein d’un groupe, il existe de nombreux outils et techniques excellents pour vous aider à prendre une décision de groupe.

Si les critères de décision sont subjectifs et qu’il est essentiel d’obtenir un consensus, le vote multiple et le compte Borda modifié peuvent aider votre équipe à parvenir à un accord.

Lorsque l’anonymat est important, que les décideurs ne s’aiment pas ou que certaines personnes ont tendance à dominer le processus, utilisez la Technique Delphi pour prendre une décision juste et impartiale. Il utilise des cycles de discussion et d’argumentation anonymes et écrits, gérés par un facilitateur. Les participants ne se rencontrent pas, et parfois ils ne savent même pas qui d’autre est impliqué.

Si vous travaillez avec une équipe bien établie, utilisez le modèle de prise de décision axée sur le consensus de Hartnett pour encourager tout le monde à participer à la prise de décision. Ou, si vous travaillez avec plusieurs équipes différentes, ou un groupe particulièrement important, attribuez la responsabilité de chaque étape du processus décisionnel à l’aide du cadre RAPID de Bain, afin que chacun comprenne ses responsabilités et que tout conflit interne potentiel puisse être évité.

Évaluez votre plan

Avec tous les efforts et le travail acharné que vous avez déjà investis dans l’évaluation et la sélection des solutions de rechange, il peut être tentant d’aller de l’avant à cette étape. Mais maintenant, plus que jamais, c’est le moment de ” contrôler ” votre décision. Après tout, le recul est un bon moyen d’identifier les raisons pour lesquelles les choses ont mal tourné, mais il est préférable d’éviter les erreurs au départ !

Avant de commencer à mettre en œuvre votre décision, examinez-la longuement et objectivement pour vous assurer que vous avez été minutieux et que les erreurs courantes ne se sont pas glissées dans le processus.

Votre décision finale ne vaut que par les faits et les recherches que vous avez utilisés pour la prendre. Assurez-vous que vos informations sont dignes de confiance et que vous avez fait de votre mieux pour ne pas ” choisir ” les données. Cela vous aidera à éviter le biais de confirmation, un biais psychologique courant dans la prise de décision.

Discutez de vos conclusions préliminaires avec d’importants intervenants pour leur permettre de déceler les lacunes, de formuler des recommandations et d’appuyer vos conclusions. Écoutez aussi votre propre intuition et testez tranquillement et méthodiquement les hypothèses et les décisions par rapport à votre propre expérience. Si vous avez des doutes, examinez-les à fond pour déterminer ce qui vous préoccupe.

Utilisez l’analyse des angles morts pour déterminer si des problèmes de prise de décision courants comme la confiance excessive, l’engagement croissant ou la pensée de groupe peuvent avoir miné le processus. Et songez à vérifier la structure logique de votre processus à l’aide de l’échelle d’inférence, pour vous assurer qu’une décision bien fondée et cohérente est prise à la fin.

Communiquez votre décision et passez à l’action

Une fois que vous avez pris votre décision, vous devez la communiquer à toutes les personnes concernées d’une manière engageante et inspirante. Faites-les participer à la mise en œuvre de la solution en discutant comment et pourquoi vous êtes parvenu à votre décision. Plus vous fournissez de renseignements sur les risques et les avantages prévus, plus les gens seront susceptibles d’appuyer votre décision.

Si les gens signalent une faille dans votre processus, ayez l’humilité d’accueillir leurs commentaires et d’examiner vos plans de façon appropriée – il vaut beaucoup mieux le faire maintenant, à peu de frais, que d’avoir à le faire à grands frais (et de façon embarrassante) si vos plans ont échoué.

Source :