10 trucs pour réussir votre marchandage et avoir une réduction de prix

10 trucs pour réussir votre marchandage et avoir une réduction de prix

10 trucs pour réussir votre marchandage et avoir une réduction de prix

juillet 2, 2018

marchander-prixMarchander un prix, certains le font tout le temps et exagèrent, d’autres ont peur et craignent de le faire quitte à avoir des remords ensuite. Le marchandage a pris place dans des activités où il était loin d’être la règle.

Là on certains éprouvaient une gêne à marchander par le passé, on assiste à un marchandage quasi généralisé. Les gens aujourd’hui osent de plus en plus marchander et cela concerne presque tous les biens et services. Un restaurateur confiait qu’il doit faire de plus en plus face au marchandage pour le prix de ses menus.

Dans cet article, découvrez où et surtout comment marchander !

Où peut-on marchander ?

Il est des activités qui font l’objet de réductions systématiques. Il y a bien sur les brocantes ou vides greniers où c’est la norme. L’achat d’une voiture est souvent l’objet de marchandage où vous pouvez obtenir soit une réduction soit l’un ou l’autre équipement supplémentaire. Ne parlons même pas des achats de salons ou de meubles où le marchandage est une technique utilisée pour faire croire à l’acheteur qu’il réalise une affaire et pour donner un sentiment d’urgence à la signature.

La crise économique, la concurrence d’Internet et l’évolution des mentalités amènent les clients à marchander de plus en plus. Attention de ne pas marchander quand cela peut être pris pour un manque de savoir vivre, il ne faut pas confondre marchandage et grossièreté.

Voici 10 trucs pour réussir votre marchandage

Jouez un petit rôle

Demandez des informations sur le produit, suivez le vendeur dans sa démarche pendant un moment, puis mettez-vous soudainement à hésiter. «Je ne suis pas tout fait sûr. En fait, je n’en ai pas vraiment besoin. Et puis, c’est assez cher.» Ou convenez à l’avance d’un rôle avec votre partenaire, où l’un le veut, mais l’autre le trouve trop cher. Raconter que vous avez vu le même produit moins cher ailleurs peut aussi faire changer le vendeur d’avis.

Les vendeurs sont intéressés par de bons arguments

Donnez de bons arguments à partir d’exemples concrets. « Je vous débarrasse de votre dernier exemplaire, vous pourriez me faire une petite réduction en échange….» ou « Il y a une légère griffe sur ce modèle, vous me feriez donc bien une remise ? » Ou encore : « J’en achète trois, si vous me faites un bon prix.»

Négociez avec une personne qui peut décider

Cela ne sert à rien de discuter d’un prix avec une vendeuse. Elle n’est pas habilitée à baisser le prix. Demandez plutôt à parler au gérant ou au propriétaire. En règle générale, le marchandage à plus de chances de réussir dans des boutiques ou auprès de gérants indépendants que dans un établissement local ou autre grande chaîne de magasins.

Ne soyez pas trop vif

Si le vendeur refuse, c’est son droit. Autrement dit : toute réduction, aussi petite soit-elle, est une faveur. Et une faveur, ça se mérite. Restez donc toujours poli, et laissez dans la mesure du possible l’initiative au vendeur. Demandez une remise, mais ne citez vous-même aucun montant ni pourcentage. Si vous trouvez que le “geste” du vendeur est insuffisant, dites-le-lui de la manière la plus neutre possible.

Acceptez une alternative

Certains commerçants ont en principe moins de difficultés à vous donner un accessoire gratuit qu’à vous accorder une remise. Faites donc preuve de flexibilité et acceptez la contre-proposition.

Proposez de payer comptant

Laissez clairement voir votre carte de crédit ou même votre carte bancaire au commerçant, et demandez-lui s’il n’accorde aucune réduction dans le cas où vous paieriez cash. Le réseau des paiements électroniques est source de frais pour le commerçant, des frais qu’il épargne lorsque vous payez en liquide.

Jouez-le plutôt discret

Ne demandez jamais une réduction en présence d’autres clients. Le commerçant est conscient que si les autres entendent que vous recevez une remise, cela signifiera pour lui le début de la fin. Il refusera donc énergiquement.

Choisissez le bon moment

La vente repose sur un chiffre d’affaires à atteindre. Une chose que vous pouvez tourner à votre avantage en attendant la fin de la journée, du mois, du trimestre ou encore de l’année. Lorsque le vendeur doit encore atteindre un certain objectif de vente, il acceptera plus vite votre demande.

Si cela ne marche pas, sortez

C’est l’étape le plus difficile. Faites clairement savoir que vous allez quitter le magasin sans acheter le produit et que vous irez chez le concurrent. Sortez calmement, pas trop vite, au cas où le vendeur se raviserait. Mais ne revenez pas sur vos pas, s’il ne cède pas d’un pouce. Une telle capitulation est mortelle pour votre crédibilité. Et relativisez votre “défaite” : qui ne demande rien, n’a rien !

Apprenez en observant votre entourage

Si marchandez n’est pas votre “truc”, vous pouvez faire appel à un ami ou à une relation qui connaît la musique. Ou vous exercer un peu lors de vos prochaines vacances dans le Sud. Observez la manière dont les autres s’y prennent, et suivez leur exemple.

Conclusion

Déterminez quel est le rapport de force entre l’acheteur et le vendeur. Si la situation vous est favorable, profitez-en pour essayer d’avoir les meilleures conditions possibles. Si elle ne l’est pas, mieux vaut s’abstenir de marchander car votre amour propre pourrait souffrir de n’avoir pas réussi à obtenir une réduction.